Le Royaume-Uni retarde la mise en oeuvre du programme européen de recyclage d’appareils ménagers
May 13, 2005
 Print this page

Le gouvernement britannique a repoussé la mise en oeuvre de la directive européenne qui aurait obligé les détaillants et fabricants à recycler de 500.000 tonnes de téléphones portables, de grille-pains, de radios, de télévisions, d’ordinateurs, de machines à laver, de réfrigérateurs, et autres produits électriques. Les responsables du Département du Commerce et de l’Industrie britannique (Department of Trade and Industry) proposent de repousser le recyclage jusqu’à janvier 2006.

La directive DEE ayant pour but de minimiser l’impact des équipements électroniques et électriques sur l’environnement et d’empêcher l’envoi d’appareils électroménagers dans les décharges, aurait effrayé les négociants qui craignaient en effet d’être submergés par la quantité de déchets et les aurait obligé à faire pression pour exiger plus de temps pour se préparer à sa mise en oeuvre, selon un article paru dans le quotidien britannique The Guardian. Le « Repic » ou « Recycling Electrical Producers’ Industry Consortium », qui compte des fabricants tels que Indesit, BSH, Candy, Panasonic, Philips, Sony, Electrolux, Kenwood, Hitachi, et Sharp, souhaite que les consommateurs paient des frais de recyclage lorsqu’ils achètent des appareils pour compenser les frais d’élimination des anciens appareils. « Une implémentation prématurée de la directive aurait entraîné une augmentation des coûts pour le consommateur et mis en danger les emplois au Royaume-Uni », affirme Philip Morton, le président directeur général de Repic. « Nous avons maintenant la possibilité de trouver des solutions adaptées aux besoins de chacun. » ajoute-t-il.

Back to Breaking News